Accès membres

Connexion à l'espace membres

La Maison de l'Emploi
du Pays de Saint-Brieuc

47, Rue du Docteur Rahuel

22000 Saint-Brieuc

Tél. : 02 96 77 33 05

Fax : 02 96 77 33 23

Anticipation des mutations économiques

A partir du travail de diagnostic, d’inventaire et d’analyses des projections captées, la MEFPI se donne pour mission de construire avec ses partenaires des réponses aux besoins identifiés sur le territoire.

Outre ses ressources et expertises propres, la MEFPI mobilise les acteurs du territoire pour que chaque problématique de changement et de mutation, chaque besoin trouve sa réponse, que ce soit en matière,

  • de conseil stratégique,
  • de conseil en organisation, en gestion financière, en marketing,
  • de conseil en Gestion des Ressources Humaines, de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences,
  • de sourcing et de recrutement,
  • d’ingénierie de dispositifs emploi/formation,
  • de préparation à la transmission d’entreprises.

 

La MEFPI veille à ne pas se substituer aux acteurs existants et attache une attention particulière aux très petites, petites  et moyennes entreprises, isolées des centres de ressources de branche, qui sont nombreuses dans le tissu économique du Pays de Saint Brieuc.

  • transformation des organisations de production dans l’industrie agroalimentaire qui fragilise certaines catégories de salariés,
  • montée des besoins dans les services à la personne,
  • évolutions de la demande et explosion de la concurrence sur les marchés de la menuiserie d’agencement qui menace un secteur traditionnellement important en Côtes d’Armor,
  • crises cycliques dans la construction,
  • déclin des commerces de centre-ville,
  • évolution de la demande et des comportements de la clientèle dans le tourisme,
  • émergence des métiers du numérique.

Voilà quelques-uns des exemples, parmi d’autres, de crises et de mutations qui bousculent l’économie du territoire et préfigurent son avenir et ses emplois. A partir des observations de Côtes d’Armor Développement, ou à la demande des élus qui entretiennent des liens avec les entrepreneurs de leurs territoire, la Maison de l’Emploi rencontre et réunit tous les acteurs qui peuvent travailler à des solutions et initie des projets d’actions.



1 Anticipation du recours à la formation professionnelle continue des salariés menacés par les mutations économiques >> voir le détail

Au 4ème trimestre 2014, les Maisons de l’Emploi de Saint Brieuc, du Trégor Goëlo et Centre Bretagne ont mené une enquête dans des entreprises sur l’ouest et le sud du département des Côtes d’Armor. Cette enquête était la 1ère phase d’un processus d’expérimentation labellisé dans le cadre de la charte de GPECT 22.

641 questionnaires, distribués auprès de salarié de 69 entreprises, ont été recueillis et analysés. Nous vous invitons à consulter  la synthèse de cette enquête dont les conclusions principales sont :

  • L’enquête confirme que le constat des inégalités d’accès à la formation professionnelle continue est à relier aux catégories professionnelles et donc pour beaucoup aux niveaux de qualification initiale.
  • Néanmoins nous observons que le niveau de formation initiale et de diplôme des catégories ouvriers et employés est plus hétérogène que ce que des représentations habituelles du monde du travail laissent entrevoir. L’âge a relativement peu d’incidence sur les craintes et motivations des salariés.
  • Cette différenciation « catégorielle » traverse toutes les questions traitées lors de cette enquête.
  • Un chiffre calibre l’objectif: 55% des salariés (63% des ouvriers/employés) ne souhaitent pas demander de formation à leur employeur.
  • Les préventions dominantes des salariés à l’égard de la formation sont concentrées sur les conditions matérielles d’accès à la formation : maintien des revenus, déplacements, organisation familiale par exemple.
  • Les craintes à l’égard des conditions d’apprentissages (peur de ne pas avoir le niveau, avoir l’impression de retourner à l’école, craintes d’être évalué) sont plus difficiles à mesurer. Mais elles s’expriment dans des proportions non négligeables. Et sans doute, ce que nous n’avons pu mesurer plus finement, avec d’autant plus d’acuité que les apprentissages fondamentaux initiaux sont fragiles.
  • Les motivations pour la formation sont très majoritairement reliées à l’attachement à l’emploi dans l’entreprise dans laquelle il est exercé. Les salariés, à l’exception relative des cadres, techniciens et agents de maîtrise, aspirant un peu plus à la mobilité, ne cherchent pas (ou n’osent penser qu’il soit possible) à améliorer leur employabilité pour la monnayer ailleurs que là où ils travaillent.
  • Toutes les catégories de salariés s’estiment majoritairement (à 60%) mal informées sur la formation professionnelle. Si l’on ajoute à cette donnée ceux qui s’en désintéressent et n’ont pas répondu à la question (7%), nous sommes bien à 2/3 des salariés mal informés sur la formation. C’est certainement un autre frein important à lever, surtout dans cette séquence de changement considérable du cadre réglementaire de la formation.

Suite à cette enquête, la Maison de l'emploi a fédéré 5 entreprises du territoire de Quintin pour mettre en place, avec le soutien de 3 OPCA et de la Communauté de Communes, une formation vers la certification CléA (Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles). Afin de lever les principaux freins à la formation professionnelle relevés lors de l'enquête, cette formation est organisée à moins de 5 kilomètres des entreprises, dans les locaux de la communauté de communes, sur le temps de travail.

Depuis le 11 octobre 2016, 26 salariés de 4 de ces 5 entreprises du territoire de Quintin suivent ensemble un parcours de formation individualisé et contextualisé sur la base de leur environnement de travail. Afin de montrer l'intérêt de cette expérimentation, les salarié.e. ont eux-même réalisé dans le cadre de la formation une vidéo de témoignage. Le dispositif est en cours de renouvellement à Quintin où 3 groupes de formation devrait débuter après l'été 2017.

Trois entreprises de Mûr de Bretagne tentent aussi l'aventure pour la mise en place d'une formation inter-entreprises en proximité à l'automne. Un appel à proposition est en cours (réponse au 16/06/17).

Cette action a été présentée lors d'un échange sur le CléA dans le cadre d'une rencontre EPALE (Plateforme collaborative multilingue destinée à soutenir l'éducation et la formation des adultes en Europe) : https://www.youtube.com/watch?v=jyUrg0r_ink

2 Anticipation des besoins en compétence numérique pour les entreprises des Côtes d'Armor >> voir le détail

LE CONSTAT

•Le numérique : de nouveaux métiers…
 
•Comment répondre aux besoins actuels et anticiper ceux à venir ?
 
•Quel niveau ? Quels prérequis ?

•Arc Nord Bretagne vs métropoles bretonnes : problème d’attractivité, quelles solutions ?

L’IDEE

•Proposer à des demandeurs d’emploi motivés une formation innovante vers les métiers de développeur sur des niveaux techniciens, également recherchés localement.
•Proposer aux entreprises des candidats autonomes et motivés, capables de s’auto-former sur des nouveaux langages/technologies et répondant à des attitudes professionnelles précises.
•    Impliquer les entreprises dans le dispositif de formation afin de pouvoir faire évoluer l’offre par rapport à la demande.
 
UNE REPONSE 
 
Dans le cadre de la Grande Ecole du Numérique des Côtes d’Armor, 24 apprenant.e.s, de 18 à 55 ans, suivent depuis le 24 octobre 2016 la formation de “développeur-se Web/Logiciel ” : Armor Code.

Cette formation a été mise en place par la Maison de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et de l’Insertion du Pays de Saint-Brieuc (MEFPI), l’association Kreizenn Dafar, le Greta des Côtes d’Armor, l’AFPA et Saint-Brieuc Agglomération avec le soutien financier de la Région Bretagne, Pôle Emploi et Agefos PME.

Une formation gratuite, intensive et immersive

Il s'agit d'une formation intensive et immersive entièrement gratuite d’une durée de six mois (910 heures dont 70 en entreprise). Elle associe la pédagogie innovante de Simplon.co,fondée à 80% sur l’apprentissage « en faisant », la programmation en binôme et sur la mise en situation de formation et les outils et moyens de l'AFPA de Langueux.

La 1ère session d’Armor Code répond aux exigences d’inclusion dans les territoires - en particulier ceux de la politique de la ville - et d’ouverture aux publics traditionnellement éloignés du numérique liées au label de la Grande Ecole du Numérique,  avec la présence de 3 femmes, de 4 personnes issues des Quartiers Politique de la Ville, de 15 personnes de moins de 30 ans dont 12 de moins de 26 ans.

Après 6 mois de formation, les apprenant-e-s pourront prétendre à des postes de :

?             développeur-se junior, pour continuer de se former au sein d’une équipe,

?             intégrateur-trice web, UX designer…

?             ou auront la possibilité de mettre à profit les compétences techniques acquises pendant la formation pour exercer d’autres métiers : chef-fe de projet web, formateur-trice (formations courtes ou ateliers pour enfants), community

Une réponse aux besoins du territoire

Ce projet a pu voir le jour grâce à la mutualisation des compétences et des énergies des partenaires et grâce au soutien financier de la Région Bretagne, d’Agefos PME, de Pôle Emploi, de Saint-Brieuc Agglomération, de la Caisse des Dépôts et Consignation dans le cadre du Plan d’Investissement d’Avenir Jeunesse et du Service Quartiers politiques de la ville à la Préfecture.

Armor Code apporte une triple réponse aux besoins du territoire :

•             Une réponse à un besoin de main d’œuvre pour les métiers de développeurs web et logiciel, besoin qui ne se limite pas aux entreprises de service informatique mais peut aussi concerner toutes les entreprises des Côtes d’Armor.

•             Un outil de développement des nouveaux usages numériques. Les apprenants travailleront en mode projet, développant des outils et services numériques nouveaux répondant à des cas concrets rencontrés localement.

•             Une opportunité pour les publics qui sont rarement orientés vers les métiers valorisant du numérique.

Un partenariat local

La Grande Ecole du Numérique en Côtes d’Armor compte aujourd’hui 2 formations dispensées en même lieu destiné à être une « fabrique du numérique ».

Basé sur l’acquisition de compétences numériques, en communication web, en gestion de projet et sur un accompagnement professionnel individualisé, le PASS numérique du Cnam permet de valider des compétences immédiatement utilisables en entreprise en réponse aux enjeux de la transformation numérique des emplois dans de nombreux secteurs : industrie, commerce, artisanat, agri-agro, services, etc.